Simulation gratuite de rachat de crédits
La Newsletter
Recevez la lettre d'information Credissima et bénéficiez d'offres uniques :

Fiches d'information Besoin d'Argent

  Imprimer |   Envoyer à un(e) ami(e)

Les difficultés de financement d'une très petite entreprise

 Vous voulez en savoir plus sur les difficultés d’accès au financement pour un créateur de très petite entreprise ?...
 
Les difficultés d’accès au financement sont l’un des freins majeurs à la création d’une très petite entreprise.
 
Il y a plusieurs types de financement possibles pour la création d’une très petite entreprise, que ce soit dans le cercle familial, dans le réseau relationnel, dans un établissement bancaire, avec des aides de l’Etat…
 
Le manque de fonds propres des porteurs de projet constitue un frein important pour la création d’une entreprise si petite soit-elle.
 
L’accès au crédit est souvent difficile pour les porteurs de projet notamment lorsqu’ils rentrent dans la catégorie « des exclus du crédit » : chômeurs, intérimaires, salariés en CDD…
 
Les établissements bancaires ont du mal à évaluer le risque pour la création d’une très petite entreprise et la gestion de ce type de prêt est coûteuse alors que le montant lui-même est peu élevé. Les établissements bancaires ont donc du mal à s’investir dans un tel projet et en refusent bien souvent le financement.
 
La famille, les amis ont du mal à participer au financement d’un projet de très petite entreprise, parce que pour prêter de l’argent ils ont besoin d’avoir la garantie d’être remboursés et tout le monde sait très bien que de nombreuses petites entreprises font faillite chaque année, de plus il ne leur est pas toujours possible de se dessaisir de leur éventuelle éépargne susceptible de les préserver des coups durs.
 
Il existe néanmoins plusieurs dispositifs de primes publiques qui visent chacun des activités ou des investissements spécifiques et différents types d’entrepreneurs.
 
Les bénéficiaires des aides au financement doivent répondre à des conditions rigides que ce soit au niveau de l’âge, de la nature du projet et le montant des primes accordées est très variable. 
 
Un créateur de très petite entreprise bénéficie généralement d‘un suivi souvent effectué par un ancien chef d’entreprise.
 
Les fonds des prêts gérés par l’Adie (association pour le droit à l’initiative économique) sont quant à eux abondés par des banques et des collectivités locales.
 
Des prêts d’honneur avec différé de remboursement peuvent être accordés pour compléter les microcrédits accordés par l’Adie.
  
Le besoin en financement pour une très petite entreprise est souvent faible pour la création et le démarrage, malgré tout cette recherche de financement est longue et fastidieuse et décourage de nombreux porteurs de projets. 
 
L’absence de garantie est un réel problème et c’est le principal motif de refus de financement : en effet, peu de porteurs de projet de création d’une très petite entreprise disposent d’un patrimoine à donner en garantie ou d’une caution d’un proche.
 
De plus, un créateur de très petite entreprise ne disposera pas de revenus réguliers et certains dès la création de son entreprise.
 
Le marché des très petites entreprises intéresse peu les établissements bancaires car le coût du crédit et de l’ouverture d’un compte professionnel est trop important par rapport au profit susceptible d’être dégagé et peu d’établissements s’ouvrent au crédit solidaire.
 
Les banques préfèrent devenir partenaires de l’Adie par exemple, ce qui leur permet d’externaliser les coûts de ce type de financement.
 
Concrètement les banques participent au comité de crédit de l’association, débourse le financement, en assure la gestion informatique et prend en charge une partie du risque.
 
La part restante du risque est prise en charge par l’Adie, lorsqu’il y a trois échéances impayées, c’est l’association qui rachète le prêt à la banque sur ses fonds propres.
 
Attention ! Les porteurs de projets qui sont interdits bancaires et inscrits au fichier de la Banque de France ont encore plus de difficultés à obtenir un financement : c’est généralement une association qui finance sur ses fonds propres.
 
L’absence de trésorerie ou la faible trésorerie au démarrage de l’activité d’une très petite entreprise est généralement un problème dans la mesure où l’entrepreneur est obligé d’utiliser ses bénéfices pour vivre, il lui est donc difficile de créer un fonds de roulement et de s’autofinancer.
 
Le développement de la très petite entreprise se trouve donc compromis même lorsque avec des nouveaux contrats ou des nouveaux clients puisqu’il n’y a pas de fonds de roulement pour développer l’activité ou commander de nouvelles marchandises.    

La demande de crédit solidaire ne cesse de croître. Le microcrédit est une innovation soiale dont le rôle pourrait devenir très important dans le cadre de la lutte contre le chômage. Les banques s'engagent progressivement dans le crédit solidaire. A suivre...

Article du 17 avril 2007 à 07h51

Simulation gratuite de rachat de crédits
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager. Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou de plusieurs prêts d’argent. La diminution du montant des mensualitéés entraine l'allongement de la durée de remboursement et majore le coût total du crédit. La réduction dépend de la durée restante des prêts rachetés.