Simulation gratuite de rachat de crédits
La Newsletter
Recevez la lettre d'information Credissima et bénéficiez d'offres uniques :

Astuces Professions Libérales

  Imprimer |   Envoyer à un(e) ami(e)

Bien choisir ses produits défiscalisants

Quelques conseils pour bien choisir des produits défiscalisants, en cette période d’échéance fiscale…
 
Traditionnellement en période d’échéance fiscale, c’est-à-dire en fin d’année, les offres de placements censés réduire votre impôt sur les revenus de l’année en cours, se multiplient et sont plus présentes dans vos boîtes aux lettres.
 
Il est essentiel de bien réfléchir avant de vous engager sur des produits défiscalisants : tous ne comportent pas les mêmes risques et ne correspondent pas forcément à votre profil d’investisseur.
 
Les atouts et les risques des produits défiscalisants doivent être mesurés.
 
Les produits défiscalisants sont alléchants : ils promettent de vous constituer un patrimoine, de doper son rendement, tout en profitant d’un coup de pouce fiscal.
 
Premier point si vous bénéficiez du bouclier fiscal mis en place par la loi Tepa (pour le Travail, l’Emploi et le Pouvoir d’Achat), il est possible que certains produits défiscalisants perdent leur intérêt, puisqu’il sera désormais possible de se faire restituer la part des impôts et prélèvements sociaux excédant 50% de vos revenus.
 
De plus, si vous êtes soumis à l’ISF, les nouveaux investissements vous permettant de réduire cet impôt pourront être réalisés jusqu’en juin 2008.
 
Pour les produits défiscalisants de type Borloo, Malraux ou Robien recentré, c’est-à-dire l’investissement dans l’immobilier locatif il est un peu tard pour que vous puissiez réaliser votre montage financier et passer devant le notaire avant le 31 décembre.
 
De plus, les fins de programme qui sont proposées en fin d’année ne sont pas toujours de qualité : mal situées ce qui veut dire difficiles à louer.
 
Les produits financiers défiscalisants sont plus adaptés en cette fin d’année, d’autant plus que l’immobilier connaît une conjoncture peu favorable ces derniers temps. 
 
Les produits financiers défiscalisants sont faciles et rapides à souscrire, il est de plus possible de n’investir que des montants très raisonnables.
 
Deux placements semblent être en tête des investissements cette année et offrent tous deux une réduction d’impôt égale à 25% des versements effectués, frais d’entrée inclus (limitation à 12 000€ pour un célibataire et 24 000€ pour un couple) :
 
-          les FIP ou Fonds d’Investissement de Proximité
-          le FCPI ou Fonds Communs de Placement dans l’Innovation
 
Il est nécessaire de bien calibrer la somme que vous investissez dans ces produits défiscalisants en fonction du montant de votre impôt sur le revenu pour ne rien perdre du bonus fiscal.
 
Cet avantage fiscal est néanmoins la contrepartie du risque qu’il y a à investir dans des petites et moyennes entreprises.
Les FIP sont un placement moins risqué car ils accompagnent le développement ou la transmission d’entreprises déjà bien implantées. Les FCPI constituent, quant à eux, un bon outil de diversification de votre patrimoine mais qu’il est plus prudent de limiter à 5 ou 10% des actifs financiers investis dans le non coté.
 
N’hésitez pas à acheter des parts de FCPI ou FIP auprès de courtiers en ligne : les frais d’entrée sont réduits ou nuls.
 
L’épargne retraite : PERP pour les salariés, Madelin pour les indépendants et Prefon pour les fonctionnaires restent des produits défiscalisants très intéressants. Attention, ces placements amplifient l’effet de bouclier fiscal et sont exonérés d’ISF, mais votre épargne est bloquée.
 
La défiscalisation est une opération délicate qui nécessite bien souvent de prendre conseil auprès d’un professionnel.
 

Article du 05 novembre 2007 à 08h58

Simulation gratuite de rachat de crédits
Un crédit vous engage et doit être remboursé.
Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou de plusieurs prêts d’argent. * La diminution du montant des mensualités entraine l'allongement de la durée de remboursement et majore le coût total du crédit. La réduction dépend de la durée restante des prêts rachetés.
Pour un crédit à la consommation, vous disposez d'un délai de rétractation de 14 jours à compter de la signature du contrat de crédit.
Pour un crédit immobilier, vous disposez d'un délai de réflexion de 10 jours à compter de la réception du contrat de crédit.