Simulation gratuite de rachat de crédits
La Newsletter
Recevez la lettre d'information Credissima et bénéficiez d'offres uniques :

Fiches d'information Professions Libérales

  Imprimer |   Envoyer à un(e) ami(e)

Prélèvement libératoire ou imposition au barème progressif de l'impôt

Vous vous demandez si le prélèvement libératoire sur vos produits de placement, est toujours aussi intéressant avec le nouveau barème de l’impôt applicable sur les revenus 2006…
 
Lorsque vous avez un contrat d’assurance-vie, un placement obligataire, un livret bancaire, vous êtes tenu de préciser à votre assureur ou banquier, l’option que vous choisissez pour l’imposition de vos gains.
 
Ainsi, vous pouvez choisir entre le prélèvement libératoire ou l’intégration de vos gains à l’ensemble de vos revenus qui seront alors soumis à l’impôt.
 
Si vous optez pour le prélèvement libératoire, c’est votre établissement gestionnaire qui règle directement l’impôt.
 
Si vous optez pour l’intégration à vos revenus : vous devez inscrire vos gains dans votre déclaration annuelle, ils seront imposés au taux de votre tranche.
 
La réforme du barème del’impôt complique le choix entre les deux options.
 
Les taux d’imposition ont baissé, le nombre de tranches d’imposition est passé de 7 à 5 et l’abattement forfaitaire de 20% pour les salariés est supprimé.
 
La baisse des tranches du nouveau barème peut faire perdre tout intérêt au prélèvement libératoire.
 
Pour faire le bon choix vous devez étudier vos produits d’épargne concernés et surtout vous faire conseiller par un professionnel, si vous êtes perdu dans vos calculs.
 
Un professionnel, assureur ou conseiller financier, dispose d’outils qui lui permettront de calculer si le prélèvement libératoire est plus intéressant pour vous ou non.
 
Vous pouvez changer d’avis chaque année, en fonction de l’évolution de vos revenus notamment.
 
Vous pouvez également choisir l’imposition au barème progressif pour votre assurance-vie et le prélèvement libératoire pour votre livret par exemple.

Article du 19 mars 2007 à 09h20

Simulation gratuite de rachat de crédits
Un crédit vous engage et doit être remboursé.
Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou de plusieurs prêts d’argent. * La diminution du montant des mensualités entraine l'allongement de la durée de remboursement et majore le coût total du crédit. La réduction dépend de la durée restante des prêts rachetés.
Pour un crédit à la consommation, vous disposez d'un délai de rétractation de 14 jours à compter de la signature du contrat de crédit.
Pour un crédit immobilier, vous disposez d'un délai de réflexion de 10 jours à compter de la réception du contrat de crédit.