Simulation gratuite de rachat de crédits
La Newsletter
Recevez la lettre d'information Credissima et bénéficiez d'offres uniques :

Actualités Rachat de Crédit

  Imprimer |   Envoyer à un(e) ami(e)

Payer ses travaux de rénovation énergétique

 

Les dispositifs fiscaux pour réduire leur coût

 
Si un grand nombre de Français estiment qu’il est important d’habiter dans un logement éco-responsable, ils sont encore très peu à franchir le pas de la rénovation énergétique. Et même si pour eux la « valeur verte » d’une résidence augmente sa valeur générale, la dimension écologique a du mal à trouver sa place dans les travaux de rénovation. Pourtant les aides mises en place pour booster les propriétaires ne manquent pas, elles sont au contraire de plus en plus nombreuses. A commencer par la TVA qui est fixée à 5,5% pour tous les travaux qui améliorent la performance énergétique d’un logement. Ce taux descend encore à 2,10% en Martinique, Guadeloupe et à la Réunion. Les abonnements de livraison d’énergie calorique comme le gaz et l’électricité, mais également les réseaux fournissant la chaleur produite par énergie renouvelable ou de récupération, sont eux aussi assujettis à la TVA à 5,5% seulement. Attention, le professionnel qui procure le matériel et le pose doit être qualifié RGE. Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite) a été mis en place pour soustraire de l’impôt sur le revenu certaines dépenses liées à la rénovation énergétique. Il s’agit principalement de matériaux et d’équipements, tout comme de la main-d’œuvre. Même si le Cite a été modifié au 1er janvier de cette année, avec notamment une diminution du taux d’aide à 15% au lieu de 30% pour les portes et fenêtres, de nouvelles installations sont désormais éligibles au dispositif. Le montant du Cite est calculé après déduction des aides et subventions, et ne peut dépasser les 8.000 euros annuels pour un célibataire et 16.000 euros pour un couple, auxquels s’ajoutent 400 euros par personne à charge. Pour les foyers non-imposables et éligibles, le Cite rembourse la totalité des travaux effectués. Les CEE (certificats d’économies d’énergie) appelés aussi « points verts » sont attribués aux foyers qui ont amélioré le bilan carbone de leur logement. Ils concernent autant les propriétaires que les locataires et sont revendables aux fournisseurs d’énergie tout comme des distributeurs de carburant. Les travaux concernés par ce dispositif sont surtout l’isolation des combles et des murs, tout comme l’installation de systèmes de chauffage performants. Des sites spécialisés dans ce type de transactions sont de plus en plus nombreux en ligne et guident les particuliers afin qu’ils puissent s’y retrouver.
 

Les différents prêts disponibles

 
Afin de ne pas devoir avancer de trésorerie, ni payer des intérêts, l’éco PTZ (prêt à taux zéro) est disponible jusqu’en janvier 2018. Il sert à financer l’eco-rénovation d’un logement et peut être attribué sans conditions de ressources. Il couvre tous les frais qui peuvent être liés à :
  • la maîtrise d’œuvre (architecte, etc...)
  • l’étude thermique
  • l’assurance de dommage ouvrage
  • les travaux indissociablement liés à l’amélioration de l’efficacité énergétique
Le montant de l’éco PTZ qui peut atteindre les 20.000 euros pour deux travaux sur dix ans et 30.000 euros pour trois travaux ou plus sur quinze ans est dépendant de deux paramètres :
  • la réalisation d’un bouquet de travaux
  • le degré de la performance énergétique globale minimale
Une autre obligation des fournisseurs d’énergie est de proposer des prêts bonifiés. Chez EDF par exemple, leur montant va jusqu’à 75.000 euros sur une période de 144 mois et avec un TAEG fixe variant entre 0,95 et 3,45%. A noter cependant que pour changer de système de chauffage, il faudra choisir entre le prêt bonifié, la prime ou un autre dispositif proposé par le fournisseur d’énergie. Lorsqu’il s’agit de souscrire à un nouveau crédit, il faut veiller à sa capacité de remboursement. Si trop de crédits sont déjà en cours, un regroupement de prêts est une opération financière envisageable. Un seul crédit va tous les englober ce qui aura pour résultat une mensualité unique de remboursement, qui peut de plus être réduite au niveau de son montant*. Le taux d’intérêt bénéficie également d’une renégociation avantageuse, alors que la durée du crédit et son coût augmentent.

Actualité du 21 février 2018 à 15h41

Simulation gratuite de rachat de crédits
Un crédit vous engage et doit être remboursé.
Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Aucun versement de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d’un particulier, avant l’obtention d’un ou de plusieurs prêts d’argent. * La diminution du montant des mensualités entraine l'allongement de la durée de remboursement et majore le coût total du crédit. La réduction dépend de la durée restante des prêts rachetés.
Pour un crédit à la consommation, vous disposez d'un délai de rétractation de 14 jours à compter de la signature du contrat de crédit.
Pour un crédit immobilier, vous disposez d'un délai de réflexion de 10 jours à compter de la réception du contrat de crédit.